Raoul Peck et « AIDependence » à la FOKAL

files.php

« Depuis que je fais du cinéma, tous mes films tournent finalement autour du même thème. Comment redonner, au ras de la réalité et tout en restant dans le cadre du cinéma, toute l’absurdité, la violence, les contradictions de ce monde dans lequel nous vivons. » (Raoul Peck)

 

Du 30 septembre au 4 octobre, à travers des projections cinématographiques, le programme Arts, Culture et Média de la FOKAL s’associe à Velvet Film pour présenter « Visions du réel », l’oeuvre documentaire et télévisuelle du cinéaste haïtien Raoul Peck.

Dans le cadre de cette semaine de projections, deux rencontres seront programmées avec le réalisateur. L’une autour de la fiction, l’autre autour du documentaire où ce dernier parlera de son métier devant un parterre de gens de médias et du grand public.

Par ailleurs, la FOKAL présentera le jeudi 26 septembre à 5 h p.m. le film AIDependence, d’Alice Smeets et de Frederick Biegmann, qui questionne le système de l’aide, le travail des organisations non gouvernementales et leur impact sur la pauvreté. En prenant l’exemple d’Haïti qui compte un nombre très élevé d’ONG – le pays en compterait quelque 14 000, dont 250 internationales -, le documentaire veut montrer qu’avoir de bonnes intentions ne suffit pas pour aider réellement.

AIDependence raconte l’histoire de la relation controversée entre le peuple haïtien et les ONG. Le film expose les aspects négatifs de l’aide tels que la dépendance, la corruption ainsi que la destruction de l’économie et de la solidarité. «Ils pensent qu’ils travaillent pour aider, mais ils détruisent les gens qu’ils tentent d’aider », entend-on dans le film. On y rencontre le jeune Haïtien Robi, citoyen de Cité Soleil, et Sabina, sa petite amie américaine et ancienne travailleuse humanitaire. Ensemble, ils travaillent à changer le système traditionnel de l’aide et sont partisans d’un mouvement haïtien appelé «Konbit Solèy Leve» qui vise à rendre les Haïtiens à nouveau responsables de leur propre destin.

La projection sera suivie d’une rencontre avec les réalisateurs et  plusieurs intervenants du film. Après plusieurs voyages en Haïti, beaucoup de conversations avec des Haïtiens et plusieurs années d’expérience sur le terrain de l’humanitaire, Alice Smeets a voulu réaliser un documentaire qui montre que l’aide n’est pas toujours un avantage pour un pays sous-développé.  « Récemment, le scepticisme face à l’aide étrangère a augmenté de façon considérable, explique Alice Smeets. Les donateurs se demandent si leur générosité a réellement l’effet espéré ou, au contraire, si elle provoque une dépendance malsaine. Notre film apporte une réponse à cette question et confirme ce scepticisme à l’aide de faits, d’exemples et d’opinions d’experts. Le téléspectateur comprend mieux pourquoi les 50 dernières années de l’aide n’ont pas avancé les pays sous-développés. AIDependence montre qu’une fausse aide au développement empêche l’initiative personnelle dans les pays en développement. Le système doit être réformé de façon urgente!

 

Martine Fidèle

 

Comments are closed.