« Les Etats-Unis sont neutres », selon Joël Danies

files.php

Joël Danies est dans nos murs. L’adjoint de Thomas C. Adams, coordonnateur du dossier Haïti au Département d’Etat effectue une visite de routine. L’objectif, a-t-il confié au journal ce jeudi, est d’évaluer différents aspects de la coopération entre Port-au-Prince et Washington. « Je vois des avancées et un changement  qui va dans la bonne direction pour améliorer la situation du peuple haïtien », a indiqué Joël Danies, diplomate américain originaire de Jacmel, dans le Sud-Est d’Haïti.

Cette visite lui permet de constater que la situation politique se complique. Dans un clin d’œil à l’actualité politique ponctuée de manifestations réclamant le départ du président Michel Martelly, présenté comme le protégé de Washington, Joël Danies précise. Haïti n’est pas le premier pays où il y a des contradictions. Les exprimer est un droit. Ce qui est mauvais c’est quand elles sont exprimées dans la violence, a-t-il dit, ajoutant que « c’est normal qu’il y ait des gens qui n’aiment pas le changement ».

Sur les élections, Joël Danies a confié avoir relevé « une certaine volonté chez le président Martelly, les partis politiques pour les élections ». Nuancé, il a souligné que le « problème, c’est que personne ne veut s’assoir ensemble pour faire des compromis ». Aux accusations de l’opposition qui estime que Washington supporte le président Martelly, Joël Danies a rappelé que son pays travaille « avec le président élu par le peuple Haïtien ».

« C’est malheureux d’entendre que l’on réclame le départ d’un adversaire du pouvoir, sans passer par les élections », a dit Joël Danies qui  a multiplié ses appels au dialogue et à un compromis politique. Dans la foulée, il a rejeté la thèse selon  laquelle Martelly a été choisi par Washington. « Ce n’est pas notre droit de choisir le président en Haïti », a dit Joel Danies qui, comme Kenneth Merten, a affirmé que Martelly n’est pas américain. « C’est la vérité. Cela a toujours été la vérité », a insisté ce diplomate américain. « Les Etats-Unis sont neutres », a aussi insisté Joel Danies.

Son pays, soutient le diplomate, est un ami d’Haïti. Sur la manifestation que des opposants de Martelly organiseront le 29 novembre devant l’ambassade des USA,  Joël Danies qui reconnaît le droit des Haïtiens de manifester partout dans leur pays confie cependant  ne « pas comprendre le pourquoi de cette manifestation ». On manifeste à cause d’un problème. Les Etats-Unis sont l’ami et le voisin d’Haïti. Nous aidons Haïti, je ne vois pas pourquoi des gens veulent manifester devant l’ambassade, a indiqué ce diplomate. Sur la colère de certains parlementaires qui avaient mal digéré une remarque sur le Parlement faite par Thomas C.Adams, Joël Danies a expliqué « qu’il ne s’agit pas d’une critique ».

« Les Etats-Unis n’ont pas ce droit. Nous souhaitons simplement que le Parlement vote plus de lois parce que c’est nécessaire pour favoriser la création de plus d’emplois », a-t-il dit, rappelant que les autorités haïtiennes ont sollicité le support de son pays dans ce secteur.

Roberson Alphonse

Source: Le Nouvelliste

Comments are closed.