Le pouvoir militaire égyptien veut mettre à genoux les Frères musulmans

Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, arrêté mardi 20 août au Caire. Exhibé à la télévision nationale dans une djellaba grise, le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, arrêté mardi 20 août au Caire, rappelle Saddam Hussein filmé, hirsute, au sortir de sa cachette par les troupes américaines qui venaient de le capturer, fin 2003, en Irak.

La séquence, diffusée par la télévision nationale égyptienne, a le même but : une séance d’humiliation pour briser le moral de ses militants et sympathisants. Poursuivi pour “incitation au meurtre”, lors de l’assaut donné par des manifestants anti-Morsi au siège des Frères musulmans, début juillet au Caire, le vieil homme de 70 ans pourrait être jugé avec d’autres dirigeants de la confrérie dès le 25 août. Il avait appris la mort de son fils dans les affrontements, le 16 août, devant la mosquée Al-Fath, au Caire.

Rien ne semble pouvoir arrêter le pouvoir égyptien, dominé par l’armée, dans sa volonté de mettre à genoux la confrérie. Dimanche, au lendemain de nouvelles violences, le premier ministre, Hazem Al-Beblawi, tenu jusque-là pour un libéral de gauche plutôt qu’un tenant de l’ancien régime, a évoqué dans un discours la possibilité d’une interdiction de la confrérie

Comments are closed.