Le gouvernement empêche la libération de certains policiers accusés d’enlèvement

Les juges de la Cour d’appel de Port-au-Prince ont dans une ordonnance demandé l’élargissement de plusieurs policiers accusé d’implication dans le gang de l’homme d’affaires Clifford Brandt.

Ces policiers ont été écroués dans le cadre de l’enquête sur le gang considéré comme l’un des plus importants réseaux de malfaiteur de la caraïbe. Les policiers Marc Arthur Phebe, Jacques Darly Michelais, Oneste Gabelus, Fritz Aristide, Berthony Dumezil et Gérald Fontélus avaient été appréhendés dans le cadre de l’enquête après l’enlèvement de deux membres de la famille Moscosso.

L’un des avocats des policiers, Carlos Hercule, a révélé que l’ordonnance de la Cour en date du 2 août 2013 n’a toujours pas été exécutée par les autorités judiciaires.

Quelques heures après l’arrêt le commissaire du gouvernement près de la Cour d’Appel de Port-au-Prince aurait adressé une correspondance aux responsables pénitentiaires pour empêcher la libération de ces détenus.

Le ministre de la justice, Jean Renel Sanon, aurait pris la décision de bloquer l’exécution de l’ordonnance. Le garde des sceaux a exigé que l’ordonnance soit acheminée au Parquet du tribunal de Première instance de Port-au-Prince.

Cette nouvelle étape dans le dossier intervient alors que plusieurs parlementaires de l’opposition ont accusé le gouvernement de réaliser des tractations pour remettre les membres de ce réseau de criminel en liberté.

Récemment le secrétaire d’état à la sécurité publique, Reginald Delva, avait annoncé la poursuite de l’enquête. Il avait révélé qu’un important membre de ce gang n’avait toujours pas été appréhendé par les forces de l’ordre.

Comments are closed.