Le barreau est préoccupé par le mandat émis à l’encontre d’André Michel

Le bâtonnier du Barreau de Port-au-Prince, Carlos Hercule, condamne le non respect de la loi dans le cadre du mandat d’amener émis à l’encontre de l’avocat André Michel. Selon maître Hercule, le juge instructeur n’avait pas informé le conseil de l’ordre de l’émission d’un mandat à l’encontre d’un avocat.

Les prescrits légaux enjoignent les juges à informer le conseil de l’ordre du Barreau de l’émission d’un mandat à l’encontre de l’un de ses membres. C’est un manquement grave à la loi, a martelé M. Hercule faisant remarquer que les juges doivent être respectueux de la loi.

Le mandat d’amener a été lancé contre le juriste André Michel et Enol Florestal le 25 juillet 2013. Le conseil de l’ordre préoccupé entend faire connaître publiquement sa position sur ce dossier.

Le bâtonnier rappelle qu’on ne peut arrêter un avocat dans l’exercice de ses fonctions si ce n’est dans des cas prévus par la loi. Même s’il n’a pas voulu se prononcer sur le fonds du dossier, le bâtonnier a fait valoir que le mandat donne l’impression d’une persécution politique contre l’avocat. Il se dit préoccupé par l’émission d’un mandat d’amener alors qu’aucune invitation n’avait été adressée au juriste.

Les forces de l’ordre ont tenté vendredi d’interpeller le juriste à son cabinet à l’avenue Christophe.

De son coté, M. Michel a récusé le juge Lamarre Bellizaire arguant d’un contentieux. Selon lui il y a inimitié capital entre lui et le magistrat.

Comments are closed.