KEB, un deuxième Manno Charlemagne à l’institut français d’Haïti ce jeudi 18 septembre 2014

files (2)L’autre avait bien raison de dire : «De la musique avant toute chose ». Le jeudi 18 Septembre 2014, à compter de 18heures, heures locales, les jardins de l’institut français étaient saturés de gens venant assister à un concert qu’offrait le jeune talentueux, l’étoile montante de la musique traditionnelle, le parolier qui ne marche pas les mots, KEB.

Jeune sur la scène musicale haïtienne, mais bien trop vieux dans sa capacité à trouver les mots et à les agencer sous des notes évocatrices d’une guitare qui semble être très obéissante. Nombreux sont ceux qui ont été présents à ce concert pour danser, écouter et chanter avec KEB.

LAVI, GRANGOU, REKONSTRIKSYON, LE CHOU, TISISI DO GITA, LEKOL, PALE NASYONAL sont, entres autres, les textes qui ont été chantés par l’artiste qui a eu le plein et l’inconditionnel appui du public qui voulait que ça dure toute une éternité, disons mieux, toute une nuit. Mais, en 120 minutes , un menu assez bien concocté nous a été servi par l’auteur du tube MERDE , le titre de son tout premier album et celui que vous regardez tous les jours sur vos petits écrans de télévision et sur YouTube.

L’artiste se faisait accompagner de l’excellent John Mogène et d’un percussionniste rigoureux de talent. Ils ont bien charmé le public en introduisant deux slameurs très jeunes sous la mélodie de LE CHOU.

La manière de chanter de cet artiste Nord-Ouesien, qui a perdu son père à 6 ans sans aucune habitude nous permet de le camper aux côtés de Manno Charlemagne qui a pris le risque de chanter Michelle Beneth et vous connaissez le reste.

Quel sort réservé à ce fougueux KEB qui a compilé sous une seule musique les mots les plus ronflants de la république pour peindre le quotidien d’un peuple qui semble être compté, si ce n’est muselé par nos politiques? 3 (trois) réponses se profilent à l’horizon: La MORT(le plus facile), l’EXIL ou une percée spectaculaire de l’artiste.

La sortie prochaine de la vidéo «Palè Nasyonal », qui est à 70% finie, nous permettra de mieux apprécier le culot de KEB qui, déjà, annonce la sortie de son nouvel opus.

Haïti est en déroute mais KEB chante l’inacceptable vécu de nos jeunes.

Mag Haiti vous fait cette confidence, mais branchés, cet artiste promet beaucoup.

source: Mag Haiti

Comments are closed.