Dénationalisation des Dominicains d’origine haïtienne – La diplomatie haïtienne s’active

files.php

Le président Michel Martelly doit se rendre bientôt à Trinidad and Tobago pour participer à une rencontre avec ses homologues du Caricom, a appris Le Nouvelliste jeudi soir.
« N’était les négociations politiques, dès ce mardi le président Martelly devrait se rendre à une rencontre de haut niveau du Caricom. L’organisation régionale doit se réunir pour adopter une décision commune sur le dossier de la dénationalisation des Dominicains d’origine haïtienne », a indiqué au Nouvelliste une source gouvernementale haut placée.
Plusieurs pays membres du Caricom se sont déjà prononcés ces dernières semaines sur cette affaire et ont clairement pris position en faveur des Dominicains d’origine haïtienne qui vont devenir des apatrides.
Le ministre des Affaires étrangères, Pierre-Richard Casimir, doit, lui, se rendre mardi à Caracas en vue d’exposer la position haïtienne suite à l’arrêt de la Cour constitutionnelle dominicaine.
« Les Vénézuéliens, le président Nicolas Maduro en tête, se sentent concernés par la décision de nos voisins dominicains et offrent leurs bons offices pour servir de facilitateur. Haïti répondra présent à la rencontre de mardi prochain », a poursuivi la source gouvernementale, qui a tenu à garder l’anonymat.
C’est à la demande du Premier ministre Laurent Lamothe, exprimée lors de son dernier voyage au Venezuela, que la diplomatie bolivarienne a pris à cœur le dossier de la  dénationalisation des Dominicains d’origine haïtienne. Haïti et la République dominicaine étant tous deux des bénéficiaires du programme PetroCaribe, la voix du Venezuela porte haut.
Une importante délégation mandatée par le président Danilo a rendu visite cette semaine au président Maduro pour exposer le point de vue des Dominicains dans cette affaire; mardi, c’est une délégation haïtienne de haut niveau que conduira le chancelier Pierre-Richard Casimir.
Ce jeudi, à l’occasion de la visite du président Martelly en Jamaïque, les autorités de Kingston ont, eux aussi, offert leurs bons offices et exprimé leur appui à Haïti, avons-nous appris.
Les derniers rebondissements diplomatiques des deux côtés de l’île surviennent alors que Saint-Vincent-et-les-Grenadines appelle à des sanctions économiques contre les Dominicains.
Le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines a appelé la communauté internationale à adopter une série de sanctions économiques afin de forcer la République dominicaine à revenir sur la décision controversée de sa Cour constitutionnelle.
« Il faut suspendre la République dominicaine du programme Petro Caribe et, quant à son souhait d’adhérer au Caricom, il n’en sera rien si les dirigeants dominicains ne reviennent pas sur l’arrêt de leur Cour constitutionnelle », a déclaré le Premier ministre Ralph Gonsalves, en début de semaine.

Frantz Duval

Source: Le Nouvelliste

Comments are closed.