Arly Larivière et Gazzman « Couleur » Pierre naviguent en eau trouble

  Arly et Gazman (Archives)image

 

L’homme n’est pas maître de son destin, dit-on souvent. Pourtant, il est responsable de son succès ou de son échec dans la vie. Personne ne sait vraiment ce que lui réserve le futur. Cependant, dans l’industrie musicale haïtienne, le public se pose en clairvoyant et fait des prédictions qui ne se confirment pas. Dans un temps, il faisait croire qu’avec les nouveaux disques mis en circulation cette année, cette industrie aurait changé de couleur et de visage. Tel n’est pas le cas.

Aujourd’hui, le grand public déclare que seul le retour de Gazzman au Nu Look apportera un grand et vrai changement à l’industrie qui dégringole de jour en jour. On tombe dans le monde des rumeurs, puisque Gazzman « Couleur » Pierre et Arly Larivière n’ont, jusqu’a présent,  fait aucune déclaration publique, insinuant la possibilité d’une réunion entre eux. Est-ce l’orgueil qui les empêche de le faire ? Ce retour va t-il vraiment aider l’industrie musicale haïtienne à reprendre force et vigueur?

Le groupe Disip face à l’opinion publique

Tout le monde sait que Disip vient de produire un CD que beaucoup pensent être meilleur que son premier album « Mission ». Je veux simplement dire que les goûts et les couleurs ne se disputent pas. Le premier disque de Disip avait au moins atteint sa mission. Il avait fallu que Gazzman le produise pour entrer sur le marché musical haïtien et signaler sa présence. Avec ce premier CD, Disip a connu des moments de gloire et de succès, même si c’était éphémère. Ce qui étonne plus d’un,  et même Gazzman, c’est que tous les disciples qui se rangeaient à ses côtés au début de sa nouvelle aventure ont déserté le camp. http://radiotelevisioncaraibes.com

On se rappelle bien que Gazzman et ses disciples s’étaient rendus à l’église pour recevoir la bénédiction divine, le 4 avril 2010,  jour de la fête de Pâques,  une date qui a aussi marqué le jour du baptême de feu du groupe Disip. Cependant, le chanteur n’a pas pu comprendre que lui et ses collègues devraient être en état de recevoir un tel bienfait de Dieu. Gazzman peut bien connaitre son état d’âme mais pas celui des musiciens qui l’avaient accompagné ce jour-là. On peut violer les lois conçues et écrites par l’homme (man-made laws), mais la violation des lois naturelles peut entrainer des conséquences graves. Certains interprètent les difficultés auxquelles fait face le groupe Disip comme des épreuves naturelles, liées à une dette karmique collective. Superstition des uns ! Spéculations des autres ! Je crois que Gazzman a subi les épreuves avec courage.

Quoiqu’on dise, Gazzman demeure un vrai et dur combattant (a die-hard fighter), qui malgré vents et marées a su tenir ferme jusqu’à produire un autre CD. Le deuxième disque de Disip « Viktwa » a suffisamment d’étoffe pour prendre place dans cette compétition musicale. Je pense que ce second CD devrait faire bouger cette formation musicale et lui valoir des contrats alléchants un peu partout. La question que l’on se pose est celle-ci: quels sont les facteurs qui jouent contre Gazzman / Disip aujourd’hui? J’ai relevé une faiblesse au niveau de l’administration de Disip: le manque de promotion / de marketing de ce nouveau CD.  Ce comité d’administration s’est empressé de mettre le disque sur le marché sans promotion préalable, parce qu’il voulait entrer dans la course immédiatement après Zenglen. C’était comme une course contre la montre. Gazzman a certainement besoin d’un bon conseiller en business.

Un autre facteur affecte le groupe Disip. On se rend compte qu’au bal,  les musiciens officiels du groupe n’interprètent pas les chansons comme les artistes invités les avaient conçues et enregistrées sur le CD. Les solos sont modifiés aux soirées dansantes, et le public qui chante en chœur avec Gazzman s’attend toujours à une interprétation authentique des morceaux inscrits sur le CD.  Ce public se rend compte que les riffs et les solos ne sont pas reproduits fidèlement. Je remarque que les groupes musicaux haïtiens ne savent pas comment consolider leur succès.  Il faut rendre hommage à la vérité. Aucun groupe ne peut concurrencer la formation Klass, en ce qui a trait au marketing  / à la promotion de son œuvre.

L’effet  de la crise économique sur l’industrie musicale haïtienne 

Si Arly et Gazzman pensent réclamer une grosse somme d’argent à un promoteur pour animer une soirée de réunion ou une double affiche Nu Look -Disip,  ou si celui-ci croit pouvoir fixer l’admission à un prix dépassant le normal,  les gens vont certainement décliner une telle invitation. Les musiciens et les managers ne font pas l’étude du marché. Ils se reposent plutôt sur leur popularité ou celle du groupe musical, pensant  que cela suffit pour être capable de réussir dans leur projet collabo. Il semble que ces artistes ne prennent pas en compte l’effet de la crise économique sur les membres de la diaspora haïtienne et sur l’industrie musicale en général.  Même les transferts d’argent sur Haïti  ne se font plus avec la même fréquence-lajan monte bwa.

Le plus grand nombre de groupes musicaux haïtiens de grand format se trouve en Floride, où le taux de chômage est très élevé. Le salaire d’un employé dans cet État est moindre que celui qui travaille au même titre à New York. Les prix des produits de première nécessité ont quadruplé. Qu’on ne se trompe pas. Les conditions de vie deviennent plus dures aux Etats-Unis aujourd’hui. Et dans l’Etat de New Jersey, il y a actuellement 650, 000 enfants dont les parents vivent en dessous du seuil de pauvreté et qui ne peuvent pas répondre à leur besoin immédiat. On compte aussi des Haïtiens parmi eux.

Point n’est besoin de signaler que les priorités de nos compatriotes  ne sont plus les mêmes. J’ai souvent entendu des membres de la communauté haïtienne de New York, de New Jersey, de Boston, de Philadelphie et de la Floride, etc, dire : « konye a frè m, mwen ta gen yon lajan nan men m,  ou kwè se bal chè sa yo mwen ta al peye avè l ». Toutes ces raisons peuvent affecter le business de la musique dansante, aujourd’hui et demain. Les maisons de disque ferment leur porte puisque la crise économique les atteint de plein fouet.  Il faut donc qu’on utilise d’autres stratégies pour remédier à une telle situation, qui risque de réduire l’industrie musicale haïtienne à néant.  http://radiotelevisioncaraibes.com

Les intérêts personnels de Gazzman et d’Arly sont en jeu

D’après les déclarations du grand public, Gazzman est en position de faiblesse et les gens pensent qu’il n’a qu’une porte de sortie où trouver la veste de sauvetage : Nu Look. Je sais que Gazzman et Arly se parlent, mais l’orgueil les retient loin de la réalisation du désir et de la volonté du public, qui rêve de les voir au sein du Nu Look animant une soirée. L’on se demande si vraiment  la réunion de Gazzman et d’Arly est la priorité du moment ? Gazzman contrôle son propre business et Arly Larivière s’occupe des questions administratives de Nu Look, même si on laisse l’impression au public que les deux managers de ce groupe musical ont la voix au chapitre. Pourtant, ils ne sont pas vraiment maîtres des décisions finales, d’après un musicien du groupe qui, encore,  attend d’eux l’argent qui lui est dû.

On parle encore de mauvaise gestion du groupe Nu Look. Aujourd’hui, on fait les mêmes déclarations au sujet de Gazzman, en ce qui a trait au salaire et paiement des musiciens. Etant propriétaires / fondateurs de ces formations musicales, Gazzman et Arly gagnent beaucoup plus d’argent. Un patron reçoit toujours beaucoup plus qu’un « employé » subalterne, et cela dans tous les pays du monde. Le public ne comprend pas bien les intérêts personnels que défendent ces deux protagonistes. Si Gazzman laisse Disip pour rejoindre Nu Look, il sera obligé d’accepter une réduction de salaire.  Arly Larivière ne va pas lui offrir le même salaire qu’il gagne maintenant avec Disip. D’après l’opinion publique, ce sera une rétrogradation pour Gazzman, s’il se démet de son rôle de patron et devient subalterne. Il faut souligner qu’Arly a déjà pris goût comme « front man » de Nu Look et n’aimerait pas que Gazzman vienne lui voler la vedette. Dans le cas contraire,  l’hypocrisie supplantera la raison. Arly n’aura jamais l’esprit calme avec Gazzman à ses côtés puisque chat échaudé craint l’eau froide.

Le retour de Gazzman Couleur au Nu Look

Dans l’industrie musicale haïtienne tout est possible. Depuis la création de Disip, Gazzman « Couleur » Pierre fait du saut périlleux. Il y a des gens qui arrivent même à déclarer qu’il doit plier bagages et rejoindre Nu Look au plus vite. Les choses ne sont pas aussi faciles que le public le pense. Gazzman a une certaine obligation / un devoir envers les musiciens qui l’accompagnent. Certaines conditions doivent être satisfaites avant qu’une telle réunion se concrétise. Il parait que ce n’est pas pour bientôt.  Rien n’écarte non plus la possibilité que Gazzman, s’il rejoint Nu Look, ne va pas démissionner une deuxième fois. Arly et Gazzman peuvent collaborer dans l’esprit business, mais pas comme associés au Nu Look.  Gazzman peut bien être artiste invité à une soirée qu’anime Nu Look. C’est là le côté business de la musique – « the business side of music », s’ils le comprennent.

L’histoire du premier D’Zine confirme qu’une fois n’est pas coutume, et la démission de Gazzman de Nu Look en 2010 prouve que l’habitude est bien une seconde nature. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Cela a été démontré à travers des siècles et se révèle encore vrai aujourd’hui. Si Arly doit approuver le retour de Gazzman, ce sera après la mise en circulation du nouveau CD de Nu Look. Il veut prouver au public qu’il peut être chanteur de pointe et rendre le compas direct traditionnel comme le faisait son compère-chanteur Gazzman Couleur. Orgueil d’homme!  Arly, à travers les chansons de Nu Look qu’il interprète,  crie souvent qu’on veut minimiser sa capacité de chanteur konpa up tempo.  Ne dit-il pas : « o,  yo di Arly paka chante konpa, bon se mwen k te fè yo, se mwen k te fè yo » ?  Il fait référence aux compositions musicales.

La façon dont Arly chante, et le fait qu’il parle trop longuement après chaque morceau pour essayer d’animer et de dialoguer avec le public, il ne pourra pas tenir le coup pendant toute une soirée sans que sa voix ne craque. Imaginons que Nu Look doit animer trois soirées de suite, vendredi, samedi, dimanche ? Arly aura certainement besoin d’un autre chanteur à ses côtés, en tout temps et en tout lieu.  D’après une source digne de foi, Oky Jems du groupe « Anbyans du Cap-Haïtien » l’assiste pour le moment.  Pourtant, Arly est voisin d’un excellent chanteur « fèt e founi , ki ak tout founiti klasik li», qui habite à six blocs du maestro. Celui-là possède toutes les qualités que recherchent Arly Larivière et les fans de Nu Look. On dirait un chanteur fait sur mesure pour Nu Look.

Contrairement à l’opinion publique, Nu Look pourra réussir sans Gazzman.  Cela a été prouvé avec Pipo. On ne peut de si tôt oublier le dernier CD de Nu Look. Gazzman a aussi des atouts importants qui permettront au groupe Disip de survivre et se bien placer également sur l’échiquier musical haïtien.  Nu Look doit produire un disque de même facture ou mieux que « Confirmation » pour réussir aux examens avec la plus grande distinction. Pa gen wout pa bwa. Nu look et Disip doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour traverser cette période houleuse et maintenir leur navire à flot. Qui veut aller loin ménage sa monture. Ces deux formations musicales naviguent maintenant en eau trouble, vers une destination inconnue : le futur. Personne ne sait vraiment ce que lui réserve le futur. Il n’est que d’attendre.
robertnoel22@yahoo.com

Comments are closed.