Alex Lavaud ne fait plus partie du groupe Nu Look

L’homme ne sait vraiment pas ce que lui réserve l’avenir. Dans l’industrie musicale haïtienne, rien n’est impossible. Pendant la récente tournée du groupe Nu Look en Martinique et en Guadeloupe, Alex Lavaud se croyait déjà membre à part entière de cette formation musicale. Il n’aurait jamais imaginé qu’à son retour en Floride il serait mis à pied sans préavis. Il y avait des indices palpables, mais Lavaud ne pouvait pas les détecter. Il considérait l’origine commune qu’il partage avec Arly Larivière, pensant que cela lui aurait garanti peut-être une sécurité d’emploi. Tel n’est pas le cas, puisqu’il n’avait le support ni des musiciens, ni du comité d’administration du Nu Look et du grand public.

Alex Lavaud est à sa deuxième expérience du même genre, et Arly Larivière ne pourrait se porter garant pour lui si les autres musiciens et le public expriment de l’antipathie à son égard. Il ne comprenait pas qu’il était encore en période de probation et qu’il pourrait être expulsé du Nu Look aux moindres cillements des paupières. Je l’ai signalé dans deux de mes articles puisque j’ai eu le pressentiment que ses jours étaient comptés, mais il n’avait pas pu capter le message. Je peux dire qu’il n’a pas le sens d’anticipation des faits qui le concernent.

Arly Larivière obéit aux fans de Nu Look

Le maestro Arly Larivière avait sans doute vu en Lavaud un minimum de talent qui lui permettrait de répondre aux grands besoins du Nu Look, considérant le fait qu’il eut la chance d’évoluer au sein du Magnum Band comme chanteur aux côtés de Dadou Pasquet. Son registre lui avait valu cette position. Le maestro du Magnum Band avait enseigné quelques techniques vocales à Lavaud, le mettant au diapason du style que joue le groupe, mais qui diffère de celui de Nu Look. Alex Lavaud avait prématurément brisé le pont entre lui et le Magnum Band. Il recherchait un groupe beaucoup plus jeune, négligeant la longue expérience musicale de ses ainés. Il semblerait que Lavaud n’a pas su trouver les moyens qui lui auraient permis de s’ajuster au Nu Look. Il faut dire qu’il a été personnellement contacté par Arly Larivière pour se joindre au Nu Look.

Il parait aussi qu’Arly n’a plus la patience d’antan, du temps de Gazzman ou de Pipo, pour aider Lavaud à développer son talent. Le temps presse, Zenglen, Klass et Disip avancent à toute allure dans la course. Arly devient plus prudent, car chat échaudé craint l’eau froide. Il ne veut plus composer des chansons pour qu’un chanteur vienne les interpréter, puis bâtir ou accroitre sa popularité à partir du succès que connaissent ses compositions, et plus tard démissionner. Il évite de ne plus le faire même s’il bénéficie des avantages que lui procure le droit d’auteur auprès de la SACEM ou d’autres sociétés s’occupant du droit de la propriété intellectuelle.

J’ose croire qu’Arly ne nie pas vraiment la capacité d’Alex Lavaud. Il l’a personnellement dit. Est-ce par respect pour Dadou et Tico Pasquet, ses ainés en âge chronologique et en connaissance musicale, qui avaient fait choix du chanteur que le maestro vient de limoger? Le grand public ne pourra jamais comprendre ces petits détails. Il se montre plutôt impatient, ne pouvant trouver une voix qui se rapproche de celle de Gazzman Couleur ou encore de la tessiture de Pipo Stanis, capable de tirer Nu Look de sa léthargie. Pour qu’un chanteur puisse satisfaire les demandes de Nu Look, il aura certainement besoin de l’approbation du public, car semble t-il : « Vox Nu Look, vox populi, la voix du peuple c’est la voix de Nu Look ». Cela vient d’être prouvé.

Qui peut vraiment combler le vide ?

Après le passage de Gazzman Couleur et Pipo Stanis, il n’est pas facile à un chanteur de combler un si grand vide. Pourtant, un chanteur de la trempe de Gracia Delva n’aurait même pas besoin d’une audition avant de se joindre au Nu Look. Puisqu’il faut toujours rêver, je rêve, mais Gracia Delva n’aura jamais une telle intention puisqu’il a son propre groupe et tout marche bien pour lui, beaucoup mieux que pour Nu Look. J’ai fait allusion à Gracia parce que le vide laissé par les deux chanteurs démissionnaires est si béant qu’il n’appartient à n’importe qui de le combler. Et Arly Larivière n’a pas la qualité d’un chanteur-lead en compas dur. Réginald Cangé pourrait faire la différence, mais il est très satisfait du résultat du Zenglen. Les bons chanteurs de « Konpa Dirèk » sont devenus rares, on dirait une espèce en voie d’extinction.

Certains parlent d’une collaboration Arly Larivière et Jean Philippe Martelly du groupe Kassav. Le chanteur de Kassav n’a rien à voir avec Nu Look. Il a un studio d’enregistrement Hi-Tech, très moderne, en Martinique, où il vit aisément, et il fournit d’excellents travaux de production musicale. Pour l’instant, Arly part à la recherche de talents pour produire un bon disque, La p brase, pour faire un bon coup et réussir. Il faut dire que J.P Martelly a déjà collaboré à des projets haïtiens. Le Tabou Combo de Pétion-Ville, je dis plutôt Le Tabou Combo d’Haïti, en est un exemple. Nu Look a du pain sur la planche. Il doit produire un CD qui dépasse « Confirmation », son dernier disque. Autrement, danger pour le Nu Look ! Cette formation musicale a les mains pleines et doit redoubler d’effort pour rebondir. C’est une possibilité que beaucoup de gens considèrent presqu’impossible pour cette année.

Les pressions du public ont porté Arly Larivière à prendre congé d’Alex Lavaud au plus vite, même si on essaie de masquer l’acte pour que celui-ci ne rende pas le maestro responsable de son licenciement et ne le taxe d’hypocrite. On doit se rappeler qu’ils sont tous deux originaires du Cap-Haitien. Dolph Chancy et Francisque, co-managers de Nu Look, absorbent le poids de cette décision. Peu importe l’architecte ou les architectes de la révocation de Lavaud, Arly s’est peut-être créé un autre ennemi ou d’autres ennemis. On peut invoquer toutes les logiques pour essayer de faire comprendre la situation à Lavaud, ce sera peine perdue. Cela n’étonnerait personne que Lavaud, pour exprimer son mécontentement, dise du mal d’Arly et de l’équipe qui l’accompagne, au cours des interviews qu’il va accorder dans un avenir proche.

Tout compte fait, le maestro de Nu Look a le dos au mur et ne pouvait trouver d’autres solutions puisqu’il doit gérer le business que cette formation musicale représente pour lui et les autres musiciens. La musique demeure une bonne source de revenue pour lui et ses collègues. C’est son gagne-pain. La soirée dansante qu’a animée le Nu Look à Miami le vendredi 2 août dernier n’a pas été un succès. On ne comptait pas plus que 60 personnes. Cela montre que ce groupe va rapidement en aval, et pour remonter en amont il lui faut un effort presque surhumain. Cette soirée du vendredi 2 août ressemblait plutôt à une séance de répétition à laquelle les vrais fans du groupe venaient assister. Il faut qu’Arly s’adapte à la situation et fasse tout ce qui est en son pouvoir pour essayer de sortir Nu Look de l’impasse.

Alex Lavaud face à son futur

Je sais que Lavaud a reçu la nouvelle comme un coup de massue à la tête. Il ne pouvait croire que son bon ami l’aurait congédié sans préavis. « Business is busines ». Lavaud n’est pas nouveau dans ce circuit, mais il ne connait pas le terrain encore. Il a exploré quelques groupes de cet univers musical. Il a fait du hit and run-un raid éclair, comme s’il jouait au « touche-pris » au « lagot lagot ». Il avait créé le groupe « Volume Konpa » qui n’a duré que l’espace d’un matin. Il était aussi attiré par le groupe défunt « 5 Etwal ». Il se joignit au Magnum Band, qu’il a laissé pour intégrer la formation « Klass de Richie », où il a essuyé une défaite, une grande déception. Paniqué et pris d’émotion après son renvoi de Klass, Alex Lavaud parlait de la création de son propre groupe musical, une chose qu’il ne pourra jamais réaliser.

Après Klass, il intégra le groupe « Suave Muzik » qu’il laissa bien vite et entra au cabinet de réflexion. De là, il reçut un appel d’Arly Larivière et Dolph Chancy, l’invitant à devenir chanteur du Nu Look. Sans même réfléchir, il accepta l’offre et se garda de poser ses propres conditions. D’ailleurs, il n’en avait aucune, puisque pour lui faire partie du Nu Look était une promotion. Il s’était grandement trompé. Il se croyait ami des musiciens, de qui il ne reçut aucun support quand il en avait le plus besoin. Comme chanteur, il semblerait que les musiciens ne l’aimaient pas non plus.

Me référant à la première expérience qu’il avait faite, je sais que Lavaud va aussi accorder des interviews sans prendre le temps de réfléchir et de considérer les possibilités auxquelles il doit penser. Il se sent maintenant laissé et blessé jusqu’au fond de l’âme parce qu’il n’a pas pris le temps d’étudier le terrain de l’industrie musicale haïtienne. Il ne peut et ne doit rendre personne responsable de ses erreurs dans la vie. Personne ne va valoriser ses déclarations émotionnelles à travers les interviews qu’il planifie. Il doit faire face à la réalité pour décider de son futur.

Je suggérais à Lavaud de garder un profil bas comme l’a fait Myriam Désulmé « Hollywood », après son renvoi de Klass. Comme celui-ci, Lavaud est à sa deuxième expérience et sa deuxième déception dans la grande ligue. Ni l’un ni l’autre ne connait le terrain, d’où la cause de leur erreur. Lavaud voyait déjà la vie sous un autre angle. Il laissait l’impression d’être très occupé et préoccupé par les activités de Nu Look, au point de négliger certains de ses bons amis. Je pense qu’Alex Lavaud a besoin d’un bon conseiller. Souvent, les « soi-disant » superstars –super étoiles haïtiennes ne valorisent aucun conseil. Ces vedettes croient tout connaitre dans la vie.

Le vrai visage de la vie au miroir de la réalité

Lavaud doit comprendre que l’image qu’il s’est faite de la vie n’est que virtuelle. La réalité est tout autre. Il doit entrer en période de méditation pour visiter son monde intérieur et toucher du doigt les miasmes qui l’empêchent d’évoluer. Il doit se débarrasser de tout complexe que crée le vedettariat fictif qui perturbe l’esprit de presque tous les musiciens haïtiens. La différence entre une Superstar et un vrai musicien est la suivante. N’importe qui peut devenir superstar ou se dire superstar sans rien réaliser de positif, mais un vrai musicien est celui qui s’adonne, se consacre à l’étude de la science musicale, et qui comprend , applique les règles qui gouvernent la musique. Le hasard n’existe pas en musique. L ‘Américain dirait : to be or not to be-ou bien on a la connaissance qu’il faut ou bien on ne l’a pas. Dans le vernaculaire haïtien, on dirait « se sa ou se pa sa ».

On ne peut pas feindre la connaissance, et la conscience nous sert toujours de guide pour nous dicter le chemin à emprunter dans le but d’atteindre le vrai succès. Elle peut nous épargner des erreurs dans la vie et nous permettre de surmonter nos difficultés quotidiennes. Personne ne sait encore rien du projet ou des projets à court ou à long terme de Lavaud. Il s’est replié sur lui-même, évitant tout contact avec le monde extérieur. Il va peut-être produire une chanson-démo, puis un CD, mais à quelle fin ? L’orgueil est loin d’être une qualité. Qui va lentement arrive sûrement

Connaissant et comprenant bien le jargon des arts martiaux, je suggérais à Alex Lavaud d’appliquer le concept et la philosophie de Bruce Lee : il faut vider sa tasse pour être capable de la remplir d’un breuvage frais chaque jour. Tout ceci c’est pour dire que l’apprentissage s’étend jusqu’à la transition (la mort), et il transcende l’âge. On apprend chaque jour. Nous sommes tous des éternels apprentis. Nous devons nous débarrasser de nos complexes pour apprendre de nos erreurs et de celles de nos prochains. La vie est ainsi faite.

Auteur(e) Jean-Robert Noel
robertnoel22@yahoo.com

Comments are closed.